Arrêtons le cynisme, imposons le respect des droits humains pour tous les migrants

Publié le

Ce matin 11H30. Les migrants se sontn regroupés sur l'enrochement face au poste frontière. La croix rouge est présente et des toilettes ont été installées.

Ce matin 11H30. Les migrants se sontn regroupés sur l'enrochement face au poste frontière. La croix rouge est présente et des toilettes ont été installées.

Depuis plusieurs jours, un face à face entre police et migrants s’installent à la frontière italienne à Menton.

Ces réfugiés sont des victimes : des guerres, des dictatures, de situations économiques qu’ils ont fuies, des passeurs qui les ont exploités et des politiques migratoires répressives et inadaptées en Europe et particulièrement en France.

Il est intolérable de la part d’un député comme M. Guibal de regarder ces hommes et femmes à la frontière, ordonner de fermer la frontière et laisser l’Italie gérer la situation. Encore plus intolérable quand cela fait suite à une mascarade de rencontres Valls, Ciotti, Estrosi à cette même frontière il y a quelques semaines.

Le gouvernement français doit se mettre en conformité avec les conventions internationales qui garantissent la protection des réfugiés.

Au lieu de les repousser, les élus de la république doivent leur venir en aide. Nous affirmons que le gouvernement a le devoir de trouver une solution pérenne pour tous les réfugiés « parqués » en toute inhumanité entre mer et rocher à Vintimille ou à Menton !

La ville de Menton, la CARF, le département, les services de l’Etat doivent rapidement étudier l’urgence de créer un centre d’accueil pour leur permettre de vivre décemment et engager l’accès à leurs droits de réfugiés.

La France est très loin de prendre sa part de responsabilité dans l’accueil des réfugiés qui traversent la Méditerranée au péril de leur vie. La répression et l’indifférence des pouvoirs publics n’amélioreront pas les conditions de vie de ces personnes, ni la situation de leur pays. Il faut une tout autre politique en faveur des réfugiés qui prenne en compte la situation actuelle et anticipe sur celle des années à venir.

Cécile Dumas

Secrétaire départementale du PCF06

Commenter cet article