Chronique d'une journée "ordinaire" !

Publié le

Chronique d'une journée "ordinaire" !

Ce matin, à la fédération à Nice, on continue la rédaction du journal de semaine. Autour d'un café on fait le point de l'actualité et des articles avec Patricia, journaliste, Sébastien, maquettiste et une nouvelle arrivée pour 2 mois, une stagiaire de l'EDJ.

Vers 10H, la fédération s'anime. Des camardes passent nous voir et nous souhaiter la bonne année. Des moments sympathiques et des voeux politiques forts pour cette année 2016.

L'après midi, c'est la première permanence à Antibes au 10, avenue Pasteur.

Et là de nouveau une chronique de la misère dans notre ville d'Antibes et vraiment on ne s'y habitue jamais à cette misère.

C'est une succession de situation avec des personnes à la fois résignées, en colère, désespérées, parfois prêt à "péter les plombs", et surtout avec un immense sentiment d'être jamais entendues et toujours méprisées. Et il est important pour nous de les rencontrer, d'écouter mais aussi de leur parler politique, choix de société. la bataille idéologique à mener se passe aussi dans ces moments là.

- une personne handicapée qui ne peut plus payer son logement et qui choisit de quitter son appartement avec le risque de dormir dans la rue pour ne pas s'endetter. Cette personne a fait une demande de logement social depuis 2011. La discussion est parfois dure alors on s'explique sur les responsabilités des choix politiques de la majorité LR, sur le fait que le FN ne vote jamais les constructions de logements sociaux. Mais comment ne peut-on pas comprendre la colère de cet homme ?

- une femme arrive, enchantée de voir notre permanence de nouveau ouverte car elle prétend que c'est le lieu de fraternité d'Antibes. Cette femme d'une soixantaine d'année a quitté son logement car elle aussi a refusé de s'endetter. Cela fait 5 mis qu'elle se retrouve à être hébergée à droite et à gauche avec ses affaires dans la cave de quelqu'un. Elle garde de l'énergie et on parle solidarité, égalité. On fait de la politique !

- Un habitant d'une résidence HLM arrive en furie car il ne peut plus supporter la cohabitation avec d'autres locataires qui ont 3 gros chiens dans un appartement. Il est à bout de nerf ! Il ne comprend plus cette société avec des personnes en grande difficulté sociale capable de mieux s'occuper de chiens que d'humains !

- une femme venue d'Algérie pour faire soigner son fils gravement malade, souhaite rester avec ses 3 filles qui habitent ici mais qu'est-ce notre pays prévoit ???? RIEN !

- une personne en voie de désocialisation, qui habite dans un camping car depuis un certain temps se fait enlever son véhicule par la fourrière et se retrouve sans affaire, sans toit pour dormir.

Cette misère, ces inégalités sont insupportables. Comment une ville riche comme la nôtre, un pays riche comme le notre peut générer toute cette misère ? Cette question a une réponse. Les mauvais choix politique et le refus de partager les richesses. D'autres choix sont possibles, portons les dans la population, nous sommes disponibles pour travailler avec toutes celles et ceux qui ne supportent plus ces inégalités !

Commenter cet article