2017 : match retour ou nouvel élan ?

Publié le

Se poser cette question et vouloir y répondre nous oblige à dire rapidement ce que nous voulons pour cette séquence électorale de 2017, présidentielles et législatives. Nous ne pouvons pas nier le fait que cette séquence électorale pourrait être destructrice pour les idées de progrès.

La réponse à cette question ne peut pas être donnée sans une étude sérieuse de la situation politique, de l’état de la société et de l’indispensable nécessité de reconstruire une gauche qui a du sens, qui a l’ambition de se confronter aux politiques européennes, qui déclare un état d’urgence contre la précarité et la pauvreté, qui initie une vraie réforme de la fiscalité au service du partage des richesses, qui construit un nouveau mode de développement respectueux des humains et de la planète,…. Une gauche qui ose être un moteur de l’égalité des droits et source de nouveaux progrès.

Dans cet objectif, il est question de répondre à toutes celles et ceux qui se mettent en marge de la société car se sentant oubliés, abandonnées ou discriminées ou en marge de la vie démocratique car convaincus de l’inutilité de leur choix.

Définir un tel objectif revient à s’obliger à se mettre à la recherche d’un nouvel élan politique de Gauche, d’une dynamique mobilisatrice au travers d’ une candidature aux présidentielles qui rassemble des intérêts communs définis précédemment et avec une grande ambition de changer les choses et jouer « la gagne ».

Alors comment faire pour mettre dans une même dynamique les militants des partis politiques, des citoyens, des militants associatifs, des intellectuels, des artistes, toutes celles et ceux qui veulent le progrès et l’acquisition de nouveaux droits. Cela ne passera pas par des propositions de candidature spontanée, ni par la suprématie de l’avis de citoyen non encarté sur les adhérents de parti politique ou inversement, cela devra forcément faire l’objet d’un grand débat public qui permet de faire du commun.

Alors oui pourquoi pas des primaires pour faire du commun, pour débattre publiquement, pour faire naître cette Gauche dont on a tant besoin et aboutir non pas à la candidature de l’homme ou la femme providentiel mais à l’homme ou la femme qui incarne un projet commun accepté de la majorité des personnes qui participent à ces primaires et souhaitons que des millions de personnes participent à ce débat. Avec un tel objectif politique, cette primaire ne peut pas concerner toutes celles et ceux qui soutiennent les renoncements sociaux, démocratiques et environnementaux du gouvernement actuel.

La Gauche que nous voulons ne peut pas s’accommoder de quelconque renoncements sociaux, écologiques ou démocratiques. Alors osons participer à ce débat, osons dire oui aux primaires, osons écrire une charte de définition des primaires que l’on pourrait faire partager aux adhérents de notre parti le plus rapidement possible. Une charte qui pourrait définir des conditions politiques à la définition du mot Gauche et des conditions d’attitude dans le débat.

Osons débloquer le débat politique en lançant un appel à une primaire d’une Gauche qui veut changer la politique européenne, redonner du sens à la fiscalité et au partage des richesses, s’engager dans la bataille écologique nécessaire à la survie de notre planète , imposer une nouvelle politique pour l’emploi et redonner du sens à notre démocratie et nos institutions. Dans ce débat public, n’ayons pas peur de mettre nos propositions et faisons confiance à notre capacité de permettre un débat constructif, respectueux qui dégagera un candidat à la fin de l’année 2016 pour mener la bataille politique des présidentielles.

En effet, les pièges sont multiples et le résultat incertain mais il me semble que la période n’est en aucun cas à la certitude sauf peut-être : la nécessité de donner un nouvel élan aux idées de progrès et de Gauche !

Cécile Dumas

Secrétaire départementale du PCF dans les Alpes-Maritimes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article