Ouvrir le débat

Publié le

Ouvrir le débat

Je continue mon travail de rencontre, d'audition, d'écoute et de réflexion. Et oui, je l'ai dit depuis plusieurs mois, je ne me contenterai pas d'être commentatrice de la vie politique et je ne veux pas rentrer dans le petit jeu du commentaire de la phrase la plus ambigue de la semaine au sujet des échéances 2017. Non, je ne veux pas parler que de cela même si j'ai écrit le fond de ma pensée sur ce blog.

Je veux avant tout comprendre pourquoi tant de gens se désintéressent du fait politique, tant de personnes qui ne supportent plus cette société ne viennent pas se mêler de la construction d'un projet politique alternatif comme nous souhaitons le faire. C'est pour cela que je multiplie les rencontres.

Quelqu'un qui a quitté le PS, dégouté de la politique par ce parti, un salarié d'une grosse entreprise mondiale ou un créateur d'un FabLab. Tous ont une idée commune : cette société n'a plus de sens, il faut trouver la voie du changement et de nouveaux progrès.

Celui qui a quitté le PS est prêt à reconstruire la Gauche avec nous mais pour l'instant en dehors du Parti, le salarié d'une entreprise en plein milieu de l'économie mondialisée cherche un sens à son travail, militer pour du temps libéré et le créateur du FabLab a trouvé un sens à son travail mais cherche un modèle économique pour pouvoir vivre dignement mais simplement de ses innovations.

Répondre à ces personnes et rassembler toutes celles et ceux qui tentent par des initiatives individuelles un mode alternatif de vie dans cette société folle. Voici le défi d'une Gauche qui peut trouver sa place dans notre pays et qui peut aussi redonner du sens, du commun à la lutte politique.

Le PCF doit chercher à répondre à tous ces questionnements : avec une ouverture naturelle à celles et ceux qui cherchent leur voie à gauche en lançant un appel public à la reconstruction de la Gauche, en luttant contre le dérèglement du travail dans ces grands groupes mondialisés et pour cela il faut un code du travail peut-être différent de l'actuel mais sûrement pas celui de la ministre socialiste, en ouvrant ses portes au débat de la révolution numérique et ouvrir le débat sur les coopératives de données et le dépassement du salariat. Ces acteurs de l'économie numérique sont ouverts au débat du revenu permanent.

Alors OUVREZ le débat avec nous sur la révolution numérique MERCREDI 2 MARS à Antibes à 18H30 !

La politique c'est simple : c'est entendre, comprendre, proposer et construire le changement.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article