Une journée contrastée ....

Publié le

Une journée contrastée ....
Une journée contrastée ....
Une journée contrastée ....
Une journée contrastée ....
Une journée contrastée ....
Une journée contrastée ....
Une journée contrastée ....
Une journée contrastée ....
Une journée contrastée ....
Une journée contrastée ....
Une journée contrastée ....
Une journée contrastée ....
Une journée contrastée ....
Une journée contrastée ....
Une journée contrastée ....
Une journée contrastée ....
Une journée contrastée ....
Une journée contrastée ....
Une journée contrastée ....
Une journée contrastée ....
Une journée contrastée ....
Une journée contrastée ....
Une journée contrastée ....
Une journée contrastée ....
Une journée contrastée ....
Une journée contrastée ....
Une journée contrastée ....
Une journée contrastée ....
Une journée contrastée ....
Une journée contrastée ....
Une journée contrastée ....
Une journée contrastée ....
Une journée contrastée ....
Une journée contrastée ....

Ce matin comme tous les jeudis, passage par le siège de Nice Matin pour récupérer le Patriote, le dossier de la semaine sur l'Europe et son avenir. A l'intérieur, des interviews des jeunes au coeur du mouvement contre la Loi Travail.

Tous les matins, j'ai le plaisir de gouter aux galères des transports et à la folie des aménagements routiers totalement saturés de notre département. Après 2 heures dans la voiture pour faire Antibes-Nice, un rapide passage dans mon bureau, départ place du palais de justice pour rejoindre les jeunes et leur rassemblement.

La JC est au rendez-vous et sont cités dans tous les médias. Organisation, discours politique, slogans, la manifestation part avec les autocollants du PCF.

Arrivée de la manifestation Place Garibaldi : quelques interviews, 2 adhésions et beaucoup de discussions. Et dire que certains à la télévision n'ont toujours pas compris que ces jeunes ne veulent être la génération sacrifiée, la génération sans droit, sans travail !

A 15H, changement de décor, j'arrive au conseil municipal à Antibes au milieu de la droite qui se fout complètement de ce qui se passe dans la rue, avec des élus FN qui ne disent rien et des absents ou des départs au bout d'une heure, une élue PS qui parle des virgules des délibérations et un vert qui s'est aperçu qu'il avait voter pour les NAP payants alors il rame pour dire que maintenant il est contre.

J'entends les mots habituels de la droite : méritocratie, rentabilité, efficacité, réduction des dépenses publiques, coût des fonctionnaires, la population ne veut pas de logements sociaux......

Heureusement que j'ai passé 2 heures dans les rues avec les jeunes qui me donnent le courage de me battre au milieu de cette droite sur d'elle et de ces choix et de cette extrême droite totalement inutile !

Alors regardez ce diaporama, on continue la lutte avec les prochains rendez-vous le 24 et 31 mars.

Commenter cet article