Abasourdie, choquée, groggy ...

Publié le

Abasourdie, choquée, groggy ...

Difficile de trouver les mots pour décrire ce que je ressens aujourd'hui.

Personnellement, j'étais en famille au feu d'artifice à Cannes comme des dizaines de milliers de personnes. Pour nous, dans le 06, le 14 juillet c'est le grand début de la saison touristique où se mêlent touristes et locaux. C'est une des premières soirées où l'on entend parler toutes les langues et tous les accents de tous les coins de la France.

C'est aussi la soirée des festivités gratuites et donc ouvertes à tous et cela est très rare dans notre département. A la terrasse d'un café à Cannes, j'apprends par internet le drame à Nice.

Le premier réflexe est d'envoyer un message à ses amis pour savoir si tout va bien. Ensuite on passe machinalement toute la nuit devant sa tablette pour avoir des nouvelles de ses amis et on hurle parfois devant sa télé quand on entend les propos de certains des élus de Nice.

Malgré sa colère, son émotion, j'envoie un petit message sur facebook. J'apprends au fil de la nuit l'ampleur du carnage et je suis inquiète des réactions que j'entends ou que je lis.

Pour moi le moment est à la dignité et à la responsabilité par respect pour les familles des victimes.

Je remercie tous les camarades des autres départements et notre secrétaire national qui, dès ce matiin tôt, m'ont appelé pour transmettre solidarité et soutien à tous les habitants des Alpes-Maritimes.

Mon communiqué :

CARNAGE à NICE

La ville de Nice a été frappée par l'horreur terroriste le soir du 14 juillet. Notre département se réveille abasourdi ce matin. Le soir du 14 juillet sur la côte d'azur, ce sont des milliers et des milliers de personnes qui passent la nuit dehors.
La fête et la bonne humeur de l'été sont assommées, meurtries par ce carnage, cette barbarie. Il n'y a pas de mots assez forts pour qualifier l'horreur de cet acte inhumain, acte venant de fanatique fou de violence et de sang.
Mes pensées vont aux familles des victimes et aux blessés.
Et courage aux services hospitaliers qui assument encore une fois fièrement le service public.
Restons solidaires et gardons en tête Liberté, Egalité, Fraternité.

Cécile Dumas

Le communiqué du PCF de la région PACA ::

14 juillet : date de carnage à NICE

Nice a été frappée par l’horreur terroriste le soir du 14 juillet. Notre région, notre pays se sont réveillés abasourdis ce matin. L’heure est au recueillement pour les victimes et à la solidarité envers leurs familles. Nous pensons aussi aux milliers de personnes qui étaient rassemblés dans leur immense diversité, elles aussi accablées par ce drame, par ce crime odieux. Nous pensons également aux infirmiers et infirmières, aux policiers et policières, aux agents et agences des services publics qui font face à cette situation avec courage et dévouement. Par respect pour les victimes, nous appelons à la dignité, au refus des divisions et des polémiques infantiles.

La fête et l’été porteront la marque de cette monstruosité qui nous révolte profondément parce qu’elle porte atteinte à notre humanité toute entière. De nombreux peuples du monde ont eu à subir en différents points de la planète les ravages du terrorisme meurtrier. C’est cette solidarité planétaire qu’il nous faut plus que jamais réveiller, avec à l’esprit la devise révolutionnaire de notre république : liberté, égalité, fraternité.

Le communiqué de Pierre Laurent

Attentat de Nice : "Ensemble nous ferons reculer les violences aveugles, les haines, la peur"

Notre pays tout entier vit des heures douloureuses après le massacre de 84 femmes, hommes et enfants perpétré à Nice par un homme au volant d'un semi-remorque lancé en trombe sur la Promenade des Anglais alors que tant de familles, de jeunes, d'enfants des quartiers populaires et de toute la ville, des touristes, étaient venus fêter ensemble la Fête de la Fraternité, notre fête nationale. Notre nation endeuillée, profondément choquée, est saisie d'effroi et de chagrin. La solidarité des habitant-e-s de Nice et des environs, la réactivité des forces de l'ordre et des services de secours sont remarquables : aucun d'entre nous n'est prêt à céder à la peur ni à la haine.

Je veux m'incliner devant la mémoire des disparu-e-s, présenter à leurs familles et amis les condoléances du Parti communiste français, et les assurer de notre soutien, de celui de nos élus et de nos militants. Mes pensées se tournent vers les 18 blessés qui sont encore dans un état d'extrême gravité et les dizaines de blessés qui ont été atteints en souhaitant que leur vie soit sauvée, et leur dire que nous sommes tous à leurs côtés dans cette épreuve aussi tragique que profondément injuste. Comme tous nos concitoyens et tou-te-s celles et ceux qui ont choisi la France pour y vivre, j'ai le coeur brisé par cette abomination. Il n'y a aucune justification, et encore moins de fatalité, aux meurtres de masse quels qu'en soient les motivations et mobiles.

L'heure n'est pas aux polémiques politiciennes stériles mais à l'enquête et à l'aide aux victimes, à la solidarité et la fraternité.

Le Parti communiste français et ses militants seront vigilants et mobilisés pour qu'à Nice comme partout en France, la solidarité avec les victimes et leurs familles et le soutien dont les habitant-e-s de Nice et des Alpes Maritimes ont besoin soient sans faille.

C'est dans le rassemblement des femmes et hommes de paix de notre pays qu'ensemble nous ferons reculer les violences aveugles, les haines, la peur.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article