Communiqué du PCF06 à la presse

Publié le

Communiqué du PCF06 à la presse

Stop aux polémiques, la situation politique mérite de meilleurs débats !

Les responsables politiques LR du département continuent leur délire en voulant nous faire croire que le problème de cohésion sociale et d’ordre public est le burkini, comme si cette tenue était tout d’un coup arrivée comme une invasion sur nos plages. Décidément nous n’habitons pas le même département !

Les élus locaux de notre département continuent à alimenter une polémique pour exister politiquement et engager leur campagne pour les primaires à droite sur le versant le plus extrême. C’est jouer avec le feu et nier tous les problèmes politiques et surtout les problèmes sociaux, les difficultés du « vivre ensemble ».

Ce sont maintenant 13 communes qui interdisent le burkini sur les plages, décidément les délires peuvent être contagieux ! Aujourd’hui c’est Nice, St Laurent du Var, Roquebrune et Théoule qui tombent dans le piège de la mascarade.

Personne, dans notre parti, ne nie le besoin de débattre des droits des femmes et en particulier quand les discours réactionnaires des Luca, Estrosi, Ciotti ne parlent que d’interdiction et plus jamais de droits !

Face à ces délires de divisions, de raisonnements fallacieux (ordre public, hygiène…) pour promouvoir des arrêtés municipaux d’interdiction ne concernant qu’un évènement mineur, face aux petits calculs politiciens d’une droite refusant de parler des problèmes sociaux, nous affirmons que la situation politique de notre département et de notre pays mérite mieux que cela.

Le Parti Communiste répond solidarité concrète, justice sociale, consultation citoyenne, politiques publiques renforcées en matière de sécurité, de renseignement, de justice, d’éducation, de culture et de sport pour tous, de droit au logement décent, d’accès à l’emploi et au temps libéré.

Ensemble faisons irruption dans le débat politique, pour plus de république, plus de démocratie, plus de droits, plus de justice, plus d’égalité, plus de partage des richesses, plus de partage du travail.

Commenter cet article