Retour à la réalité ...

Publié le

Retour à la réalité ...

Le problème de la fête de l'huma est que pendant 3 jours, on oublie le travail, les galères de transport, les divisions de la population, les difficultés à dialoguer, la politique de la droite.

Alors pour se remettre rapidement les pieds sur terre, il suffit d'une petite commission municipale où l'on devrait parler éducation et finalement on entend parer que sécurité, mur, portail électrique, caméra, peur .....

Voici mon article publié dans le patriote qui en découle.

Le coût de la sécurité, qui le supportera ?

La rentrée scolaire a été marquée par des discours exclusivement sécuritaire mais les discours ne vont pas jusqu’au bout. Personne ne pose la question du coût et de l’utilité de toutes les mesures annoncées.

Comment comprendre la communication de Christian Estrosi, Président de la région PACA ?

Il annonce à quelques jours d’intervalle que sa majorité va supprimer le « Pass Culture », un chèque de 50€ qui permettait aux lycéens, aux étudiants boursiers, aux apprentis de s’acheter des livres, d’aller au cinéma ou à des spectacles en expliquant que cette action était trop coûteuse et n’aurait pas trouvé son public. En revanche, il lance une grande campagne de communication dans les médias régionaux où il dit « Ma priorité : renforcer la sécurité des 191000 lycéens de notre région… » avec 4,4 millions d’euros débloqués pour des travaux de mise en sûreté des lycées régionaux et 1,2 millions d’euros pour installer 242 caméras de vidéo-surveillance. Il semblerait que les euros sont moins chers pour Monsieur Estrosi quand on parle caméras et systèmes d’alarme.

Au-delà des délires sécuritaires de Christian Estrosi, il y a une véritable question de coût des mesures de sécurité qu’impose les circulaires préfectorales et municipales et tout cela dans une période où les budgets des communes sont particulièrement touchés par la baisse des dotations globales de l’Etat.

Par exemple, une circulaire nationale est arrivée dans toutes les communes pour définir les travaux de sécurité des écoles. Ces travaux sont la sur-élévation des grillages ou des clôtures des établissements scolaires, l’automatisation des portails, l’installation de brise-vue, l’installation de visiophone à l’entrée et de caméras de vidéo-surveillance. L’Etat devrait participer au coût pour l’installation des caméras et du portail automatique mais pour l’instant aucune commune n’annonce les surcoûts de ces conditions de sécurité. On pourrait même oser la question de l’absence de concertation des utilisateurs des locaux et de l’efficacité de ces mesures mais il est vrai que cela ferait moins le « buzz » médiatique.

Il est assez sidérant d’entendre parler de la rentrée sous le sous angle de la sécurité et plus sous l’angle de l’éducation et de la formation. Comment accepter au nom de la sécurité que les Nouvelles Activités Périscolaires n’aient le droit de se faire qu’à l’intérieur des écoles et que les déplacements sur les installations sportives ne soient pas autorisés en bus mais avec les parents. Le motif est-il sécuritaire ou budgétaire ?

Les risques terroristes ne peuvent pas être un argument pour diminuer l’accès aux sports et la culture ou pour mettre aux placards les plans de rénovations des écoles qui ne sont pas toujours en bon état dans les Alpes-Maritimes.

Commenter cet article