Nouvelle mode en politique

Publié le

Nouvelle mode en politique

Aujourd'hui, Alexandre Jardin annonce sa candidature aux présidentielles de 2017.

Il participe à la nouvelle mode :

- dire beaucoup de mal de la politique, et surtout des partis politiques,

- estimer que le pragmatisme doit être au coeur de toutes les décisions, (la recjercje dans ce type monde n'existerait plus !)

- dénoncer une société d'une façon binaire entre les "faizeux" et les "dizeux",

- créer une association apolitique comme souvent

- et boum, se déclarer candidat en expliquant que l'on est ni de droite, ni de gauche mais plein d'énergie et un meilleur citoyen que tout le monde.

Tout cela fait preuve d'une grande modestie certainement !

Hier j'ai fait un débat sur France 3 qui sera diffusé dimanche à 11H30 au sujet du mouvement "en marche !" de Macron.

C'est marrant, le même discours et le même pragmatisme, citoyen, individualisation de la réussite, ni droite ni gauche seulement de l'énergie ...

Il bénéficie quand même de tout le système, les banques, les grandes écoles et les ministères pour Macron et les médias au service d'une certaine culture, d'une certaine littérature avec les prix machins pour Alexandre Jardin.

Alors qu'ils veuillent faire de la politique, je m'en fous, qu'ils fassent ce qu'ils veulent mais leur mépris et leur suffisance m'agacent.

Serions-nous moins citoyen quand on s'engage dans un parti politique, dans une réflexion collective et un collectif humain fort de milliers de personnes de tout âge, de toute condition sociale, de toute culture ?

Suis-je moins pragmatique que ces "chouchous" des médias quand je vais manifester contre une expulsion locative ou quand je permets le relogement de personnes en difficulté ?

Suis-je moins citoyenne qu'eux quand j'aide une jeune fille à faire un dossier au Foyer Jeune Travailleur pour qu'elle puisse vivre sa vie ?

Suis-je moins citoyenne car responsable politique quand je vais aider mes nombreux camarades de la vallée de la Roya ou de la Bévéra à la solidarité aux réfugiés ?

Suis-je moins citoyenne quand je prend mon seul jour de repos le dimanche pour aider bénévolement des jeunes en mathématiques car enseigner les maths est mon métier ?

Suis-je moins citoyenne quand je monte des projets pour permettre l'accès aux sports à tous les jeunes d'un quartier ?

Alors ça suffit de donner des leçons ainsi et mépriser les partis politiques.

Tous les collectifs humains ont leur place dans la société mais attention aux discours méprisants et suffisants qui participent aussi à al fracture de la société.

Commenter cet article