Ouf, on a évité le pire !

Publié le

Ouf, on a évité le pire !

Cet après-midi, la catastrophe a été évitée de peu. Encore une fois, dans ces cas-là, on apprécie les portables pour prendre des nouvelles des collègues, des amis et de leurs enfants.

En revanche, la psychologie de comptoir, les polémiques ou les affirmations un peu rapides de facebook ou des chaînes continues d'info sont à éviter.

J'imagine que cette nuit, beaucoup de jeunes ne vont pas très bien dormir et se poser beaucoup de questions sur cette société qui génère cette violence.

J'ai entendu, comme d'habitude, les propos d'Estrosi et de Ciotti qui demandent tous, comment cet élève a pu entrer avec ces armes, qui ne vont parler que de filtrage des entrées et caméras de videosurveillances ou vigiles privés.

Mais qui pose la question de comment on peut se fournir si simplement des armes en France. Ne pouvons-nous pas regarder cela de plus près, y compris les ventes sur internet.

Pourquoi les établissements scolaires n'ont pas à disposition régulière du personnel soignant psychologique pour tenter de prévenir ce type de passage à l'acte de la part d'un jeune apparemment psychologiquement fragile.

Pourquoi notre société génère autant de violence ?

Est-il possible dans une société basée simplement sur la com', la réaction à chaud, l'émoi, de prendre un peu de distance, de mettre un peu de raison et de réflexion dans ce type d'information ?

Est-il possible que la justice fasse son travail calmement et que personne ne cherche à extrapoler les informations ?

Je le souhaite et je souhaite une bonne nuit de repos à tous les grassois

Commenter cet article