2 jours très intenses ...

Publié le

2 jours très intenses ...

Jeudi et vendredi de cette semaine ont été 2 journée très intenses.

Avant le conseil municipal de jeudi, j'avais rendez-vous avec une classe de troisième de Jacques Dolle pour leur parler du rôle d'un conseiller municipal et des conviction que je portent en tant qu'élue Front de Gauche. Un rapide dialogue s'installe sur la place Mariéjol à côté du musée Picasso d'Antibes. Et oui Picasso a assisté à ce petit oral.

Ensuite à 2 minutes du Conseil Municipal, j'apprends la victoire des salariés de Legrand. Bravo, les salariés ont gagné contre l'ogre du CAC40 après 13 jours de grève. Cela m'a permis de saluer leur action au conseil municipal au lieu de présenter la motion que j'avais prévue. Le Maire Jean Leonetti LR m'a reproché d'avoir pris parti. En effet, j'affirme et je revendique avoir pris partie pour les salariés et je les félicite de leur victoire.

Jeudi soir, après le conseil municipal, diner avec Marie-Christine Vergiat, député européenne, Gérald Briant, élu à Paris responsable aux affaires sociales et du centre d'accueil et d'orientation de Paris, Gérard Satki, responsable national de la CIMADE et une élue du Pas de Calais pour débattre de la situation des réfugiés à la frontière Franco-italienne et du non respect du droit international. Une discussion très importante et très intéressante.

Vendredi, une quinzaine d'élus de tout le France rencontrent les associations d'aide aux migrants et les élus communistes du département à la fédération du Parti Communiste à Nice. Une journée pour débattre, s'informer, échanger des expériences. En découle un article de presse que vous pouvez voir ici.

Samedi, permanence de campagne à Antibes pour Jean-Luc Mélenchon. Je rencontre Eric Pauget, candidat LR aux législatives, soutien de Fillon qui m'explique qu'ils organisent un débat ce matin "Les femmes avec Filon". Je lui rigole au nez en lui demandant si c'était sur le thème de l'emploi fictif. Apparemment Pénéloppe n'était pas présente. On repart chacun dans notre coin pour faire campagne.

Dimanche : repos en faisant un peu de bénévolat avec des adolescents qui révisent le bac en maths, et oui, je n'oublie pas mon métier....

Au fait, qui prétend qu'on oublie les préoccupations de la population durant une campagne électorale. D'ailleurs ces 3 jours de rencontres expliquent le retard considérable que j'ai pris pour répondre à des mails pas toujours plaisants. Ce n'est pas grave, pour moi la politique se fait dehors, c'est la fameuse campagne qu'on ne voit pas !

Commenter cet article