Une journée en politique

Publié le

Une journée en politique

J'entends sans arrêt des phrases toutes faites du style "il faut faire de la politique autrement". En général, ce type de phrase vient souvent de celles et ceux que l'on rencontre que quelques semaines avant des élections. J'en connais qui font cela d'ailleurs à chaque élection et je suis sûre que l'on entendra cette phrase au débat de ce soir.

Personnellement, je vais décevoir plein de monde. Lors des campagnes électorales, je fais de la politique un peu comme tous les jours, naturellement, intensément, au service de la population et de mes convictions.

La nuit dernière, travail à la maison sur la rédaction du dossier du patriote côte d'azur sur la jeunesse. Ce matin, direction mon bureau à Nice pour informer les camarades des bus mis à disposition par le PCF ou FI pour aller à Marseille dimanche au meeting de Mélenchon.Je ne reste pas très longtemps devant un ordinateur.

Un rapide rendez-vous à la banque pour une bonne gestion des comptes du PCF.

Allez, je continue avec la permanence logement à Antibes. Il y a du monde dès 14H, des situations à régler en urgence, des personnes qui viennent chercher des tracts et s'inscrire pour le bus.

Je file à mon rendez-vous avec le service Habitat-Logement de la CASA pour travailler et tenter d'éviter les expulsions locatives dont je connais l'existence.

Le constat social du territoire de la CASA est inquiétant et ne s'arrange pas. Je continuerai ce travail avec un entretien auprès du sous-préfet dans quelques semaines.

Je redescends au local où il y a encore du monde et nous sommes déjà à plus de 30 inscrits dans le bus. Tout le monde rentre chez soi avec des tracts et je m'arrête dans un quartier que je connais bien pour sonner aux portes. Des discussions sur l'élection présidentielle, de la colère, du ras le bol d'avoir la vie dure, des peurs de ne pas pouvoir payer le loyer, des difficultés à se soigner, et des tas de questions.

Sur le parking de la résidence de logements sociaux, une réunion politique s'improvise. Au fait, seuls les militants communistes sont passés les voir ces gens et des indécis il y en avait beaucoup  car les promesses, ils n'y croient plus. Un débat très intéressant, loin des diatribes toutes faites des réseaux sociaux, loin des délires qui font de la politique juste pour les élections et qui supportent pas de me voir soutenir Mélenchon dans les médias ...

Ouf, j'arrive chez moi et on recommence. Des voisins, sur le parking,un couple de jeunes avec 2 enfants me parlent de leur satisfaction de m'avoir entendu lors du débat de France 3 dimanche et on continue à débattre.

Voilà une journée comme je les aime, au contact des préoccupations de la population mais aussi dans l'action pour organiser la suite.

Donc le bus est prêt, il partira Dimanche à 10H15 du Fort Carré à Antibes. Vous pouvez vous inscrire par commentaire sur ce blog ou par mail à antibespcfcasa@gmail.com.

Bonne soirée, je dois continuer à écrier pour la patriote, il est bouclé demain.

Au fait, j'oubliais la bonne nouvelle du jour. La famille Erythréenne a pu atteindre la préfecture pour avoir la protection de l'Etat et l'étude de sa demande d'asile. Et oui, Monsieur le Préfet, le droit a été respecté cette fois !

Commenter cet article