Question au gouvernement de la sénatrice communiste Laurence Cohen

Publié le

Question au gouvernement de la sénatrice communiste Laurence Cohen

Question d’actualité au Ministre de l’Intérieur

Laurence Cohen

1er aout 2017

Le 12 juillet dernier, le Premier Ministre présentait un plan intitulé : « Garantir le droit d’asile, mieux maitriser les flux migratoires ».

En réalité, il s’agit avant tout d’une politique dissuasive, tandis que les droits élémentaires des migrants continuent à être bafoués.

Récemment, 156 migrants, parmi lesquels des mineurs, ont été arrêtés à la gare de Cannes et reconduits à la frontière franco-italienne brutalement par les forces de l’ordre. Ils essayaient juste de déposer une demande d’asile en toute légalité !

Cette reconduite à la frontière est une violation des droits humains les plus fondamentaux.

Cédric Herrou, cet agriculteur militant des droits humains les accompagnait et a été lui aussi une nouvelle fois arrêté pour délit de solidarité.

Le rapport de l’organisation Human Rights Watch, publié mercredi 26 juillet, sur les violences commises par les forces de police à Calais à l’encontre de 400 à 500 migrants, est lui aussi accablant. L’emploi du gaz poivre est courant. Nombreux sont celles et ceux qui sont choqués, à juste titre, par cette violence institutionnelle qui émane hélas du pays des droits de l’Homme.

Le président de la République a affirmé qu’il ne voulait plus une personne dans les rues ni dans les bois d’ici la fin de l’année.

Vous-même avez annoncé hier la création de 2 centres d’accueil dans les Hauts-de-France et demandé qu’un rapport vous soit remis sur les violences que je viens de dénoncer.

 

Ma question est donc simple : pouvez-vous nous préciser en termes de moyens humains, matériels, et financiers comment le gouvernement entend faire face à la situation dramatique des migrants, car 2 centres n’y suffiront pas !

Le ministre de l'intérieur ne répond rien sur la situation des migrants de la frontière franco-italienne, il défend l'ouverture de centre d'hébergement autour de Calais mais rien sur le reste. Du coup Laurence Cohen réplique.

REPLIQUE

Les migrants ne viennent pas de Dublin, Monsieur le Ministre.

Ceci dit, il y a des territoires qui font beaucoup d’effort et d’autres non. Ce matin, j’étais au centre d’hébergement d’urgence d’Ivry, lors de la visite de Madame Agnès Buzyn, ministre des solidarités et de la santé.

Très gros investissement des collectivités, de la ville de Paris et de la Municipalité d’Ivry, engagement important des associations, Emmaüs notamment. Besoin d’une intervention de l’Etat à la hauteur des besoins, d’un accueil digne et respectueux des personnes, donc qui ne peut se faire à moyens constants. Mobilisation de nouveaux financements nécessaire avec une forte implication des services publics, tout ne peut reposer sur le bénévolat.

 La CIMADE évalue que, pour environ 110 mille demandeurs d’asile, ce sont plus de 30 mille places qui sont nécessaires afin d'éviter toute mise à la rue.

Commenter cet article