Une semaine intense au service du débat et de l'information

Publié le

Une semaine intense au service du débat et de l'informationUne semaine intense au service du débat et de l'information
Une semaine intense au service du débat et de l'informationUne semaine intense au service du débat et de l'information

Oups, désolée, j'ai un peu abandonné les lecteurs du numérique cette semaine par faute de temps.

Après un lundi bien rempli à Paris au siège du conseil national, mardi journée de travail avec Marie-Lou à Antibes pour mettre nos agendas au point et on reçoit une bonne nouvelle : une lettre du sous-préfet qui nous annonce que l'expulsion de Mme M. ne se fera pas et que son dossier est étudié très attentivement par les services habitat de la CASA pour lui proposer une solution.

Un moment de soulagement et on écrit avec plaisir à Mme M. pour lui donner l'information.

L'après-midi, une balade avec des tracts sur la loi travail dans les rues d'Antibes, des discussions à ce sujet mais aussi au sujet de la ville d'Antibes avec ses problèmes de stationnement, de circulation ...

Le soir, réunion à Menton, je reviens avec 2 nouvelles adhésions.

Le mercredi, à Nice les personnes défilent dans mon bureau pour débattre souvent des sujets d'actualités et le soir à Antibes, on accueille 3 amis syndicalistes pour informer sur les dangers des ordonnances.

Jeudi, travaux pratiques, manifestation, le PCF06 est très visible avec sa banderole et ses drapeaux.

Vendredi, rendez-vous de travail avec le Maire de Contes, un entretien de 2 heures riche en analyse politique où l'on parle de la volonté de Macron de faire disparaître les communes ou les mettre sous tutelle et empêcher toute possibilité de volonté politique différente du libéralisme.

Le soir, rendez-vous à la fête de l'humanité et des libertés pour l'ouverture de la fête avec la présentation du comité de soutien à la libération de Salah Hamouri puis débat sur la riposte à Macron.

Samedi matin, assemblée générale de l'ADECR (Association des Elus Communistes et Républicains) à Contes, ensuite réunion de travail avec Marie-Christine Vergiat, députée européenne puis débat à la fête du bassin cannois sur la politique migratoire.

Alors oui, au PCF, on milite pour les 32 heures pour les salariés mais pas forcément pour les militants. Voilà une semaine de politique de proximité avec l'unique objectif d'informer des transformations de société extrêmement néfastes et inégalitaires que nous proposent Macron.

Et bien cette semaine, on continue. Alors oui vous ne verrez pas tout cela dans les médias, dans les journaux, ni même parfois sur ce blog par faute de temps mais nous sommes bien présents au coeur de la population.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article