Les voeux du PCF06 - mon allocution

Publié le

Les voeux du PCF06 - mon allocution

Cher-e Camarade, cher-e ami-e

 

Bonjour à toutes et tous, camarades, amis, journalistes, merci à toutes et tous d’avoir répondus à notre invitation.

 

Merci à toutes celles et ceux qui ont aidé à l’organisation de cet après-midi. (Joël, Pascal, Virginie …).

 

Merci à toutes celles et ceux qui pendant les fêtes sont venues nous aider à faire un grand ménage pour que cette salle soit une salle de réunion, de réception, de convivialité, de fraternité et parfois de colère.

 

Durant 2017, nous avons vécu des moments intenses dans cette salle :

  • Quand nous avons accueilli plusieurs soirs des migrants qui ont témoigné de leur incroyable courage.
  • Quand nous avons fait la distribution des fournitures scolaires aux demandeurs d’asile …
  • Quand nous avons fait un  chaleureux repas gentillement préparé par JeanJacques avec l’équipe de la fête de l’huma
  • Plus récemment,  quand nous avons créé le pôle jeunesse du PCF06….
  • Et évidemment tous les débats politiques que nous avons ici.

 

Alors bienvenus à toutes et tous dans la maison des communistes des Alpes-Maritimes ! Ici les droits d’asile et d’accueil digne sont respectés et vous pourrez en profiter avec le petit bar installé au fond de la salle.

 

Je vous souhaite à toutes et tous, à votre famille, à vos proches une bonne année 2018, tous mes vœux de bonheur et d’espoir en un monde meilleur, un monde de paix, de fraternité, d’égalité et de solidarité.

Je vous souhaite, je nous souhaite plein d’énergie, plein de rêve et d’utopie et un foisonnement d’idées et de réflexions pour notre congrès.

George Bernard Shaw disait « Celui qui peut, agit. Celui qui ne peut pas, donne des leçons ».

Alors moi je choisis en effet cette attitude et je souhaite que les militants communistes la partagent pleinement.

Je nous souhaite une année pleine d’actions !

 

Alors oui, je sais,  le moment politique n’est pas favorable et ne raconte pas l’idée de l’émancipation, de l’égalité et de la fraternité.

Je ne suis pas sourde à la réalité, au contraire j’ai malheureusement le défaut de toujours vouloir la connaître et donc de toujours vouloir rencontrer plein de monde pour toujours être au plus près de la réalité.

 

J’entends et je vois Estrosi :

  •  continuer dans ces profonds délires sécuritaires avec une utilisation diabolique du numérique et sa nouvelle trouvaille « Reporty ». Et oui, comme si les caméras de videosurveillance n’avaient pas démontré leur incapacité à éviter la violence, il prétend que chaque citoyen peut être une caméra. Je dis clairement les choses, s’il a besoin de conseils pour la sécurité dans sa ville, qu’il n’aille pas les demander au gouvernement israélien, il y a un universitaire spécialiste à l’Université d’Aix, il s’appelle Laurent Mucchielli et vient faire des conférences  pour partager son approche bien différente. J’entends et je vois Estrosi piétiner les services publics et mépriser les qualifications des fonctionnaires, je pense aux personnels des crêches de Nice qui sont en lutte et seront dans les rues le 23 janvier. Je ne dirai pas que c’est cela la France audacieuse mais nous avons sûrement une différence notoire de définition du mot, Audace !
  • J’ai vu, il y a quelques jours Christian Estrosi inauguré à Antibes une partie des travaux du lycée Audiberti.

Faut-il lui rappeler qu’il n’y est pas pour grand-chose et heureusement qu’il y a eu une majorité de Gauche avec des élus communistes à la région pour avoir ces travaux, le lycée de Drap et bien d’autres choses …

 

J’entends et je vois Ciotti,

  • qui s’est battu comme un fou pour avoir le poste de questeur à l’Assemblée.

Ouf, je ne m’inquiète plus pour son avenir, il a obtenu son os à ronger et cela lui laissera sûrement encore un peu de temps pour nourrir son duel avec Christian Estrosi jusqu’au KO de l’un ou l’autre ou peut-être des 2.

Je souhaite simplement que ce match de boxe n’étouffe pas le reste de la politique dans le 06, n’occupe pas toutes les pages des journaux car la vie politique du département ne se résume pas à cette lutte de pouvoir.

 

 

 

J’entends et je vois Jean Leonetti

  • qui explique aux salariés de Galderma qu’il travaille à redynamiser Sophia – Antipolis sans rien dire du scandale de laisser partir en Suisse cette entreprise appartenant maintenant à Nestlé avec brevets en poche, sans jamais dénoncer le scandale de l’optimisation fiscale ou de l’utilisation du CIR, 68 millions sur 4 ans sans contrepartie d’emploi ou de nouveaux investissements que les salariés demandaient.
  • Je l’entends aussi dans le travail de révision du PLU de la ville ne plus oser écrire le terme « logement social « et « protéger » certains quartiers de la mixité sociale.

 

J’entends aussi Bernard Brochand,

  • fustiger les habitants des logements sociaux et demandant un moratoire sur la construction des logements sociaux sous prétexte qu’il est dans la ville possédant le plus de logements sociaux du littoral mais fautil lui rappeler que sa ville comme toutes celles du littoral est hors la loi,  hors la loi SRU, loi d’un ministre communiste !

 

J’entends le Préfet  des Alpes-Maritimes

  • nous expliquer qu’il ne fait pas de politique, qu’il est là, juste pour appliquer la loi sur tous les médias locaux.
  • Et bien , dans ce caslà, je lui rappelle que la trêve hivernale interdit les expulsions jusqu’au 31 mars, y compris des roms à Golfe-Juan, je lui rappelle qu’il a déjà été condamné 2 fois pour atteinte aux droits d’asile et qu’aucune des villes du littoral n’applique la loi SRU. Alors qu’attend-il pour faire appliquer la loi ?

 

J’entends aussi Gérard Collomb et Emmanuel Macron qui proposent une prime aux policiers de Calais, qui jouent aux pères Fouettard vis-à-vis des associations  et qui veulent organiser un centre de tri des migrants.

D’ailleurs à ce sujet, est-ce qu’ils ont aussi promis une prime aux centaines de forces de l’ordre en poste à la frontière franco-italienne, qui coûte une somme délirante et qui continuent à s’acharner sur les militants associatifs comme cela a été le cas suite à une nouvelle arrestation de Cédric Herrou avant- hier au péage de La Turbie.

 

J’entends aussi parfois des dérives aventureuses dans des contenus populistes de personnes qui se sont un jour revendiquer de gauche.

Oui tout cela est la réalité, je dirai plutôt que c’est une réalité.

 

Personnellement, j’en connais une autre :

  • Celle de la ville de Contes qui, en pleine cure et discours d’austérité pour les communes ouvre une école et des aménagements d’un quartier avec une manifestation populaire de plus de 500 personnes.

Une ville qui est sûrement une des seules de cette taille à ne pas avoir de police municipale et pas plus de délinquance que les autres.

Et oui, l’utilisation de l’argent public est politique et les communistes n’en font pas la même chose que les autres.

Je veux profiter de cette réalité pour saluer tout le travail des élus communistes des Alpes-Maritimes de la majorité ou de l’opposition. C’est une force importante que nous devons encore mieux utiliser et le faire au nom de nos valeurs communistes.

  • Celle des syndicats et en particulier la CGT que je veux saluer au sujet de leur résistance et de leur refus de signature des accords sur les ruptures conventionnelles collectives et du travail du dimanche.
  • Celle des salariés de Galderma qui tentent avec leur moyen et à leur manière de contrer Nestlé.
  • Celle des hospitaliers qui sont un peu partout en lutte pour le droit à la santé pour tous
  • Celle des citoyens solidaires qui montrent que la France peut et veut accueillir dignement les migrants qui fuient leur pays pour vivre.
  • Celle des 26 associations qui ont fait un recours au Conseil d’Etat contre cette circulaire odieuse qui demande un recensement des migrants dans les centres d’hébergement d’urgence.
  • Celle des femmes qui se lèvent contre les violences sexistes et pour l’égalité des droits .
  • Celle des députés communistes qui se battent à l’Assemblée Nationale pour mettre l’argent au service du développement humain.
  • Celle des militants communistes qui sont régulièrement dans une salle comme aujourd’hui ou dehors dans la rue pour partager leur conviction, pour accompagner une lutte. Oui la réalité de celles et ceux qui font de la politique quotidiennement et pas seulement pour des élections.

 

Dans cette réalité, l’heure n’est sûrement pas à l’effacement du Parti Communiste Français, contrairement à ce que les médias ou autre mouvement politique souhaiteraient.

L’heure n’est ni à l’effacement, ni à l’ambivalence, ni à la nostalgie et au dogmatisme, l’heure est à la réflexion et l’action pour un communisme du 21ème siècle à partir de l’état de la société et des indispensables nécessités de changement. C’est l’objet de cette année de congrès extraordinaire.

L’heure est à l’affirmation de nos valeurs communistes et à notre volonté de reconstruire la gauche dans ce pays qui est en miette.

La faiblesse de Macron est bien sa politique. C’est lui, le vieux monde avec des solutions libérales déjà utilisées qui ne font qu’accroître les inégalités et épuiser la planète. On sait que cela ne peut pas marcher.

Alors oui, nous sommes une opposition claire et franche du « Président des riches », nous n’acceptons pas et nous n’accepterons jamais que 2% des ménages les plus riches bénéficient de 48% des baisses d’impôts.

Non c’est injuste !

Et il existe des alternatives, nous proposons d’annuler 12,4 milliards de cadeaux fiscaux et les réorienter pour un nouveau mode de développement et pour les droits humains.

 

Non, nous n’acceptons pas que Kerimov, l’oligarque russe, interdit de quitter les Alpes-Maritimes pour blanchiment et fraude fiscale aggravée obtienne une autorisation de partir en week-end en Russie et que Cédric Herrou, interdit de passage en Italie, fasse sa nième garde à vue car il a été obligé de passer par l’autoroute donc par l’Italie pour aller de la Roya à Nice.

Non, ce n’est pas la société que nous voulons.

Pour nous, la justice est pour tout le monde la même et la chasse à la solidarité doit cesser immédiatement, cela fait des mois que nous demandons le retrait du déni de solidarité et nous continuerons à le faire.

 

Voilà, le parti communiste est plein d’énergie et ne laissera pas s’installer ce système politique où Macron serait le leader moderne d’un parti politique ramassant tout ce qui est de droite et de gauche dans une coalition centrale et en plus choisir son opposition.

Nous, nous sommes libres et nous serons celles et ceux qui allons démonter le mécanisme Macron-Philippe et proposer systématiquement des alternatives.

 

  • Ce sera le cas vendredi 2 février où nous organisons une table ronde sur le progrès social en présence de Pierre Dharréville, député des Bouche du Rhône, des salariés en lutte, des militants associatifs et syndicaux à l’hôtel Campanile en face l’aéroport à Nice à partir de 18H30
  • Ce sera le cas au sujet de la politique migratoire de notre pays, nous ne laisserons pas s’installer un climat raciste, surfant sur des fausses informations, sur l’idée d’invasion et d’incapacité de la France à accueillir dignement.

Dans quelques semaines, nous irons à la rencontre des        camarades des Hautes-Alpes pour travailler ensemble et pourquoi  pas présenter un projet de centre de 1er accueil du style de celui de La Chapelle pour permettre un accueil digne, l’accès aux droits administratifs, à la santé et à un accueil digne.

Le Parti Communiste prend en main l’écriture d’un manifeste pour une autre politique d’accueil et de migration. Je fais partie de ce travail et je représenterai le Parti Communiste avec Pierre Laurent à Grande Synthe à la Convention Nationale sur l’accueil et les migrations. Ce manifeste sera un point d’appui pour une campagne de vérité courant avril lorsque le gouvernement Macron présentera sa loi. Loi qui s’annonce être un durcissement notoire des droits d’asile et un « tri » des bons migrants et des mauvais.

Reprenons à notre compte la phrase que j’ai entendu de la bouche du responsable d’Emmaus qui gère le centre de la Chapelle « La France doit accueillir dignement toutes celles et ceux qui arrivent à nos frontières ».

  • Olivier Dartigolles, porteparole du parti communiste sera dans les Alpes-Maritimes pour présenter son livre qui décortique la politique et le système Macron le 22 mars.
  •  courant février, nous organiserons une conférencedébat sur l’Europe avec Marie-Christine Vergiat.
  • Et au milieu de tout cela, nous sommes en train de travailler avec Olivier Gebhurer à une note présentant l’état social, économique de notre département pour mieux travailler.

J’invite toutes celles et ceux qui veulent une Gauche dans ce pays, dans ce département, une Gauche qui veut résister au libéralisme et qui veut construire une alternative au service du progrès social, du partage des richesses, de l’écologie, de la paix et d’un nouveau mode de développement à participer avec nous à toutes ces initiatives.

De la même manière, je participerai au nom du Parti Communiste à toute initiative où nous serons invités pour construire une alternative au libéralisme.

Nous ne nous résignerons jamais, nous voulons construire,  rassembler sur des bases claires. Nous sommes communistes, nous sommes féministes, écologistes,  nous sommes  de Gauche et nous voulons changer cette société.

Voilà, je terminerai par une nouvelle phrase de George Bernard Shaw « Certains croient les choses comme elles sont et disent : pourquoi ? Moi, je rêve des choses qui n’ont jamais été et je dis : pourquoi pas ? »

Alors disons- nous cela régulièrement et entrons de plein pied dans la nécessaire bataille idéologique pour y arriver dès demain car je vous propose cet après-midi de passer un moment calme et tranquille avec Joël qui va animer le loto.

 

Une dernière petite chose, vous avez remarqué une petite boite dans la salle et bien c’est ce qu’on appelle une boite pour accueillir la souscription au PCF, tout comme le loto. Vous le savez ni Bettancourt, ni Besnier, le PDG de Lactalis, ni Lagardère ne sont adhérents du parti communiste et notre budget est avant tout financé par ses adhérents, ses élus et de ses généreux donateurs alors n’hésitez pas.

 

Bonne après-midi et encore bonne année à toutes et tous et je me permets d’émettre un dernier souhait pour aujourd’hui.

Je souhaite que 2018 soit l’année du retour de la fête du château, nous y travaillons et nous avons un rendez-vous important cette semaine.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article