Samedi, Les voeux des communistes de la section de la CASA

Publié le

Samedi, Les voeux des communistes de la section de la CASA

Mon texte :

 

Désolée, Macron, lui accueille ses hôtes à Versailles, on aurait pu vous inviter à la Villa Eden Roc mais finalement on a choisi notre local 10 avenue Pasteur.

Désolée nous n’avons pas les mêmes valeurs avec M. Macron.

 

Nous, nous choisissons ce local, pas toujours très bien chauffé mais qui tente toujours d’être accueillant et nous restons le seul parti politique avec les LR à avoir un local ouvert régulièrement qui peut accueillir nos débats, les antiboises et les antibois.

 

D’ailleurs, à ce sujet, je vous annonce que tous les mardis après-midis, la permanence est ouverte et même avec une ouverture prolongée jusqu’à 18H30 pour permettre aussi aux salariés de rencontrer l’élue communiste d’Antibes que je suis. Venez débattre de projet pour votre quartier, venez demander des renseignements, venez, vous intéresser à la politique, à la vie de votre cité, venez discuter de vos idées de vos espoirs, de vos mécontentements, de vos rêves ….

 

Après cette 1ère annonce, je peux vous souhaiter une très bonne année 2018, une année pleine de bonnes choses, pleine d’audace, de joie, et de satisfaction.

Je nous souhaite à toutes et tous une année pleine d’énergie, d’actions et de débats politiques au service du progrès social, de l’égalité, de la liberté, de la paix, de la fraternité.

 

Tout de suite, je voudrais adresser tout notre soutien à toutes celles et ceux qui luttent pour leur emploi, pour un logement digne, pour leur salaire, pour une vie digne.

 

Notre territoire, soi-disant, protégé, souvent cité comme le meilleur du monde par le Maire, est touché de plein fouet par le fléau du capitalisme et du mépris des richesses créées par ses salariés.

D’ailleurs, il y a quelques semaines, Jean Leonetti au conseil municipal m’avait expliqué que je ne comprenais rien à ce nouveau monde, que Carrefour n’allait pas licencier et que Galderma allait trouver des repreneurs.

N’est-ce pas lui qui ne comprend pas le monde ou qui est aveuglé par son amour infini pour le libéralisme et le capitalisme ?

 

N’était-ce pas le vieux monde répugnant d’entendre, il y a quelques jours, dans tous les médias M. Bompard, PDG de Carrefour, expliquer la main sur le cœur qu’il est obligé de liquider 2400 emplois, de liquider les magasins Dia avec lesquels il s’est amusé quelques années.

C’était d’autant plus répugnant qu’il a dans tous ces interviews oubliés de dire que son groupe a touché 134 Millions d’euros de CICE, de l’argent public qui devait permettre des emplois et que ce même groupe a fait environ 1 milliard de bénéfice l’an passé et encore plus énervant quand on apprend le lendemain de l’annonce que l’action du groupe avait gagné près de 30%.

Oui ce monde capitaliste est répugnant !

 

Je profite d’ailleurs de la présence de salariés de Carrefour pour leur dire bravo et merci pour votre résistance contre le travail du dimanche.

 

Je peux vous en citer d’autres situations répugnantes, celle de Galderma, un fleuron de Sophia-Antipolis passé de l’Oréal à Nestlé, 2 groupes réputés pour être en difficulté comme vous le savez.

Et là, Nestlé se permet de liquider tout un laboratoire de recherche et de développement de dermatologie.

Eux ont touché en 4 ans plus de 68 millions CIR (argent public) et boum, ils se barrent en Suisse et on n’ aurait pas le droit de penser que ce sont des gens malhonnêtes ou qu’ils auraient une fâcheuse envie de goûter à une meilleure optimisation fiscale.

 

Comment est-ce possible de toucher autant d’argent public sans obligation d’emploi ou de garder les brevets dans les pays où ils ont été trouvés ?

Et bien cela à un nom, le libéralisme. Macron en est un expert et ces fameux premiers de cordée, ils se gavent d’exonérations de cotisations sociales qui mettent en danger la sécurité sociale, ils se gavent d’argent public et mettent en danger les services publics et se permettre de remercier tout le monde avec de l’évasion fiscale.

 

Depuis 1 semaine, on se ballade devant les écoles d’Antibes et quelques entreprises pour dénoncer ces injustices et inciter à venir en débattre le 2 février avec un de nos députés comme l’a dit Rémi.

 

Il faut changer de logique à Antibes et dans le pays.

D’ailleurs comment notre maire, soi-disant si attaché à l’hôpital public, laisse s’organiser la fuite du public vers le privé et fragiliser le droit à la santé pour tous.

Je l’affirme, la santé n’a pas de prix, tout comme l’éducation, l’accès à l’énergie, le droit au déplacement, le droit au logement, le droit à la vie digne !

De l’argent il y a en a, il faut le répartir autrement.

 

Je ne me résoudrai jamais à voir des comptes administratifs de la ville ou de la CASA bénéficiaire de plusieurs millions d’euros et

  • de voir des écoles où il pleut à l’intérieur,
  • de voir des routes défoncés,
  • de voir des transports en commun qui se terminent à 20H30 et un TCSP qui a environ 10 ans de

retard,

  • de voir aucune salle pour les jeunes,
  • de voir des installations sportives vieilles, mal entretenus et insuffisantes pour accueillir les sportifs,
  • de voir des gens dormir dans leur voiture ou
  • de voir des migrants à la rue « chassés » par la police avec l’impossibilité d’être accueilli dignement et accéder à leurs droits !

 

C’est injuste mais ce n’est pas une fatalité, ce sont des choix politiques et nous devons lutter, résister, râler et construire.

 

C’est pour cela que j’appelle toutes celles et ceux qui ne se résignent qui veulent construire à gauche, pour une ville plus juste, plus écologique, plus démocratique à travailler ensemble dans cet espace citoyen sur un aménagement du territoire qui réponde aux besoins de la population et pas aux spéculateurs ou aux profits !

 

Jean Leonetti a lancé la révision du PLU (Plan Local d’Urbanisme) qui va durer un peu près 1 an en supprimant un vocabulaire pour nous très important : « logement social ».

Et oui, ça y est,  il ne veut plus construire de logements sociaux, il voudrait juste en acheter quelques-uns dans des immeubles privés.

Et bien, on va lui répéter avec force qu’on s’en fout un peu de ce qu’il veut, que c’est la loi. Il faut 25% de logements sociaux dans notre ville comme dans toutes celles de plus de 3500 habitants.

On va aussi continuer à lui répéter que les affaires immobilières de grands groupes commerciaux ne sont pas utiles au nord d’Antibes, et nuisent considérablement à la vie des quartiers d’Antibes et en particulier du centre ville.

Et puis attention aux distributions de permis de construire à ces grands groupes, cela peut jouer des tours, il suffit de le demander à notre voisine, Mme Salucki. Et oui le Préfet lui demande de retirer le permis de construire pour le business resort du chemin de St Bernard.

Il y aurait soupçon d’illégalité.

Incroyable, non ? Ce serait bien la 1ère fois qu’à Antibes ou sur la CASA, il y aurait des entourloupes d’urbanisme ….

Il suffit de lire le 1er livre de notre camarade Gérard Piel !

 

 

 

Voilà, je ne serai pas tellement plus longue, il ne faut pas faire réchauffer l’apéritif mais je voudrais dire que cette année 2018 et pour nous, militants communistes, est aussi une année de construction, de réflexion.

 

J’ai de multiples occupations et responsabilités qui m’amènent à traverser la France et parfois à aller bien au-delà de la France et partout je rencontre des gens qui ont des doutes bien sûr, mais qui sont persuadés que le monde de la finance est nuisible, qu’il faut inlassablement lutter contre ces fonctionnements qui font que les plus riches deviennent de plus en plus riches et que la pauvreté gagne partout. Ces valeurs-là ont un avenir considérable et sont une force de notre parti. Il s’appelle « Le Commun ».

 

La lutte contre les inégalités est notre moteur, notre carburant et j’ai le sentiment qu’en ce moment on parle plus des inégalités qu’à une époque et qu’il faut enfoncer le clou pour les rendre inacceptables et porter les propositions d’égalité, de nouveaux droits et de progrès social.

Comment accepter en effet qu’un département comme le nôtre, accueille plusieurs millions de touristes et aurait peur de quelques 3, 4000 ou même 40000 migrants qui fuient la misère, la guerre, la peur et la pauvreté.

Et bien c’est lamentable et honteux.

Nous, militants communistes, dévoileront dans quelques semaines un manifeste pour un véritable accueil des migrants et une autre politique migratoire.

Nous devons accueillir dignement toutes celles et ceux qui arrivent à notre frontière et démonter l’idée d’invasion. Cela s’appelle ce que déteste le président Macron des fake-news.

 

Je conclurai par un scoop qui vous montrera notre énergie communiste, notre envie d’en découdre et de rassembler contre le libéralisme, c’est que l’on devrait renouer avec l’historique fête du château.

Et oui, nous travaillons à faire que cette grande fête départementale et même plus et surtout, populaire et politique revienne sur la colline du château à Nice le 30 juin et 1er juillet.

Et on fera grand ! ce sera un grand numéro, la 71ème , n’en déplaise aux grincheux !

J’ai prévenu le directeur du festival des nuits carrées pour qu’il s’attende à avoir un peu moins de monde le samedi mais j’irai lui payer un verre le jeudi soir.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article