La casse de l'Ecole à tous les étages !

Publié le

La casse de l'Ecole à tous les étages !

CARTE SCOLAIRE : DERRIERE LES MOTS, LES FAITS...

 

L' école primaire devait être la priorité du Ministre de l'Education Nationale. Qu'en est-il en réalité, notamment dans les Alpes Maritimes ?

 

  "Priorité constante à l'école primaire." (Blanquer, "L'Ecole de la confiance", M.E.N. Septembre 2017) :

    Dans les Alpes Maritimes, 36 fermetures de classes, 13 ouvertures. En France,109 693 classes à plus de 25 élèves.

    10 526 places au C.R.P.E.(Concours de Recrutement des Professeurs Ecoles) en 2018, contre 11 722 en 2017, soit une baisse de 10%.

    Dans les Alpes maritimes, 185 places en 2018, contre 289 en 2017, soit une  baisse de 36% !

 

  "La Maternelle doit devenir davantage l'école du langage pour mieux préparer aux apprentissages fondamentaux."  (M.E.N. Septembre 2017) :

    Dans les Alpes Maritimes,19 classes de Maternelle fermées.

 

   "Nous voulons lutter conte les inégalités territoriales". (M.E.N.  2017)...

  Saint-Etienne-de-Tinée, Saint-Vallier-en-Thiey, Tende, Breil-sur-Roya... Des   écoles de l'arrière-pays sont touchées par des fermetures qui  aggraveront  les inégalités territoriales.

 

   "Face aux défis du monde, il faut renforcer l'attractivité de la place financière de Paris". (M.E.N. 2017) :

   Et si, c'était cela, la véritable priorité de ce gouvernement : Imposer ici, maintenant et pour longtemps cette logique néo-libérale de l'accumulation des richesses pour quelque-uns ? Imposer comme seule perspective pour les uns, innombrables, d'être les perdants  et, pour d'autres, triés sur le volet, les gagnants, d'une "compétition" capitaliste mondialisée ? 

   Et pour cela, casser les codes du travail, imposer aux services publics, dont celui de l'Education, des "réformes" et des choix budgétaires qui , à terme, les feraient disparaître du paysage social ?

  Avec ces "réformes" et ces mesures marquées du sceau de l'austérité et de la réduction des "dépenses" publiques au nom de la compétitivité, c'est la fabrique de l' individu isolé, "uberisé" et acceptant de l'être, que le gouvernement met en place dès l'école primaire.

 Cela ne saurait être un projet de société.

 

Il est donc urgent d'amplifier  la mobilisation pour :

 

 - Imposer l'annulation des fermetures de classes prévues.

 - Imposer que les mesures telles que celle dite des "CP-CE1 à 15 (et non plus 12...)  en REP+ et REP, se fassent par des investissements budgétaires à la hauteur des besoins et non en dégradant les conditions d'apprentissages de l'ensemble des élèves.

 - Penser, bâtir et imposer un projet éducatif qui soit celui de l'Egalité et de l'Emancipation sociale pour tous.

 

  Le Réseau-école PCF 06 entend prendre toute sa part dans cette mobilisation pour une autre Ecole possible.

 Il a pour cela des propositions à faire connaître, à discuter, à confronter à d'autres, à partager pour les enrichir.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article