le MIPIM de Cannes ou la semaine de l'hypocrisie ?

Publié le

le MIPIM de Cannes ou la semaine de l'hypocrisie ?

 

Cette semaine, dans notre département, on fait semblant de parler  logement mais toujours pas de droit au logement pour tous.

Nous avons eu l’honneur à Antibes de la visite « surprise » du ministre de la cohésion des territoires M. Mézard. A cette occasion, le 1er adjoint d’Antibes explique qu’il veut mettre tout le monde à l’abri et qu’ils veulent sur la CASA construire une structure de réinsertion au logement, ce que je demande depuis des années en appelant cela des « logements intermédiaires ».

Voilà ce que j’appelle de la com’ et pas de la politique car si le 1er adjoint d’Antibes veut mettre tout le monde à l’abri, il faudrait prendre rapidement avant le 31 mars un arrêté municipal interdisant les expulsions locatives sans proposition de logement !

Nous le savons, dans 15 jours, à la fin de trêve hivernale, des centaines de familles seront de nouveau sous la pression de l’expulsion locative sans possibilité de logement stable et pérenne. Comment peut-on admettre autant d’hypocrisie un jour et ensuite voir les mêmes élus accepter de mettre des familles en dehors de leur logement ?

Est-ce que les élus LR de la ville d’Antibes et de la CASA font la différence entre « mise à l’abri » et « droit au logement pour tous » ?

J’ai des doutes quand on apprend que le budget de la CASA consacré au logement social sera amputé d’1 million d’euros en 2018 en utilisant comme argument que le budget précédent n’avait tout été utilisé.

C’est lamentable et tellement peu respectueux des 5500 familles en attente de logement sociaux, des 19% de personnes de notre ville vivant en sur-occupation dans leur appartement et des milliers de personnes qui consacrent plus de 30% de leur budget aux dépenses de logement !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article