Dans le débat et rarement fermée dans un bureau ....

Publié le

Dans le débat et rarement fermée dans un bureau ....
Dans le débat et rarement fermée dans un bureau ....

Hier matin, dès 7H15, j'étais avec les salariés d'EDF à l'agence d'Antibes. Salariés en grève pour sauver une entreprise soumise aux démantèlements depuis plusieurs années. Intéressant de discuter avec eux, de leur colère, de leur regret de ne plus pouvoir travailler correctement à cause d'une management qui prend le dessus par rapport au service public.

Des salariés qui travaillent en sous effectif et parfois malmené par une hiérarchie qui veut du chiffre ! Ce monde de la concurrence te de la compétition est vraiment totalement destructeur !

Et l'attitude du cadre, particulièrement mal à l'aise devant les salariés, les représentants syndicaux et un peu interloqué de voir la responsable du PCF06 dans les murs de cette agence est révélateur de "l'ambiance" dans l'entreprise.

Dans la discussion, on se demande où sont les usagers ? Où est le droit à l'énergie pour tous ?

Je continue ma journée dans mon bureau pour les "tonnes" de courrier , de problèmes matériels et politiques pour l'organisation de la fête du château. On avance et les dernières demandes auprès de la mairie de Nice ont été acceptées et nous disposerons de toute la colline et nous avons trouvé une solution d'installation et de respect de la stèle commémorative pour les victimes de l'attentat de NIce.

Je continue en allant à Menton pour un débat avec les communistes de l'est du département sur le congrès du PCF. Belle réunion qui permet de remettre le débat sur de vraies informations, sur la réalité des choses et dans la réalité de la société.

Le soir à 21H, de nouveau dans les rues d'Antibes pour l'inauguration du festival Déantibulations. 2 H de débat avec des personnes qui viennent me parler du mouvement social, de mes interventions au conseil municipal, des projets pour la ville d'Antibes.

Une belle journée politique dans mon département !

Alors certains me demandent sans arrêt des réunions au nom d'une définition de la démocratie que je ne comprends pas toujours.

Des réunions, on en fait déjà beaucoup et personnellement ma vision de la politique est plus comme ma journée d'hier que tous les soirs fermés dans l'entre soi pour trouver des coupables à nos difficultés politiques

C'est ma façon de faire de la politique, au coeur de la société, dans les rues, dans les entreprises et toujours parler de mes convictions, de mes idées communistes sans jamais faire de grande leçon.mais en disant la vérité, y compris quand elle fâche.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article