Chronique d'été n°1 : les parallèles au littoral !

Publié le

Chronique d'été n°1 : les parallèles au littoral !

Aujourd'hui, j'ai parcouru le département : Vallauris-Nice Antibes pour assurer mes rendez-vous divers et variés et parler avec ceux que l'on ne voit pas, ceux qui se cachent l'été, ceux qui n'ont pas été choisis comme 1er de cordée par la Macronie nationale ou par la droite locale et départementale.

En effet, tout cela se passe à quelques centaines de mètres des lieux de baignade, des palaces, des lieux où tous les services publics de propreté, de sécurité sont mobilisés pour que la saison touristique se passe bien. La saison touristique est importante pour notre département mais doit-elle mobiliser tous les services publics est une autre question.

En effet, à Vallauris, un couple de personnes âgées a échangé un appartement avec une famille pour être en Rez de Chaussée dans un immeuble sans ascenseur. Cela permet à la famille d'avoir un peu plus grand et aux personnes âgées de pouvoir sortir. Tout le monde paie les loyers normalement. Et bien Côte d'Azur Habitat envoie une lettre début juillet en menaçant le couple de plus de 85 ans d'expulsion ! Lamentable !

Passage à mon bureau à NIce pour discuter avec un acteur culturel qui était sur la fête du château et parler de ce nouveau décret délirant du gouvernement Macron qui veut faire payer aux organisateurs de festival les forces de l'ordre pour la sécurité. Délirant ou plutôt dernière trouvaille pour anéantir tous les festivals de rue !

Je continue ma journée à Antibes avec un 3ème rendez-vous avec une dame seule avec un petit garçon de 18 mois menacée d'expulsion qui vit avec rien depuis 2 mois à cause de la fin de son récipissé de résidente avec droit de travailler car elle a arrêté de travailler pour accoucher. Or elle a des feuilles de payes, des déclarations d'impôts et un enfant né sur le territoire français ! Cette dame a travaillé des années dans les villas du bord de mer, chez des personnes âgées et maintenant elle ne pourrait pas élever son fils en France. J'ai honte de mon pays !

Mais quelle humanité reste-t-il à ce pays pour mépriser autant des personnes qui ne demandent jamais rien, simplement juste de vivre correctement.

C'est cela la France des 1ers de cordée ?????

Après ce récit, on mène la lutte pour améliorer la vie de ces personnes. C'est parti pour les courriers, prises de renseignements et démarches de solidarité. Malheureusement, la misère et l'injustice sociale ne prend pas de vacances

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article