chronique d'été N° 3 : Le mépris et l'arrogance ...

Publié le

chronique d'été N° 3 : Le mépris et l'arrogance ...

Ce sont bien, pour moi, les mots de l'été, les mots qui qualifient le mieux l'attitude, les actes et la communication de Macron et de son gouvernement.

1°) Par rapport à l'Aquarius, bateau de SOS Méditerranée, 3 jours de négociation, 8 chefs d'Etat pour décider de l'accueil de 141 personnes qui fuient la misère, la guerre et la dictature. Ce n'est pas du délire et du mépris, en particulier quand on entend un jeune homme à son arrivée à Malte parler des tortures et des sévices sexuels qu'ils subissent en Lybie.

Dois-je rappeler ici que certains chefs d'Etat comme Macron ou le 1er ministre italien Salvini veulent qu'ils restent en Lybie ?

Aujourd'hui, Macron essaie de se vanter d'accueillir 60 migrants de l'Aquarius.

Quel mépris, quelle honte !  Regardez la photo de cette chronique comme le port d'Antibes peut être ouvert aux gros bateaux battant pavillon la plupart des paradis fiscaux ...

2°) L'affaire Benalla où l'on nous explique depuis des semaines que c'est l'histoire de la déviance d'un seul homme.

Quel mépris de l'Assemblée nationale d'annoncer que la commission d'enquête ne rendra pas de rapport mais que va dire la commission du sénat qui tente de continuer son travail !

Quelle arrogance peut permettre de croire que l'on va se satisfaire de cette explication ?

Non, M. Macron, la république et la démocratie ne sont pas là pour" récompenser vos amis" !

3°) "47 milliards d'euros de profits en 6 mois mais 15 000 emplois menacés ou supprimés dans les grandes entreprises" . C'est la UNE d'aujourd'hui de l'Humanité avec un dossier qui épingle tous les grands groupes : Michelin, Engie, Sanofi, Carrefour, Schneider Electric, BNP Paribas, Airbus.

Quel mépris de donner de l'argent publique par la CICE ou le CIR à ces grands groupes qui n'ont jamais assez de profits pour gaver leurs actionnaires ?

Quel mépris de leur salariés, acteurs de leur enrichissement !

4°) A quelques semaines de la rentrée, ce sont au moins 16 000 bacheliers qui n'ont aucune affectation et plus de 60 000 qui n'ont pas fait leur choix. Beaucoup d'entre eux seront livrés aux écoles privées qui coûtent très chères !

Quel mépris pour la jeunesse à la recherche de formation !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article