Les communistes de la CASA soutiennent les enseignants

Publié le

Les communistes de la CASA soutiennent les enseignants

                    STOP aux réformes inhumaines - SOUTIEN aux enseignants

Le même jour que Christine Renon, Directrice d’école à Pantin, Frédéric Boulé, professeur de SVT à Valbonne, mettait également fin à ses jours. Son acte désespéré témoigne lui aussi de la gravité de la situation.

Les communistes de la section Casa s’associent à la peine et à la colère de sa famille, de ses proches et de ses collègues. Ils veulent exprimer leur total soutien à la grève des enseignants ce jeudi.

Les suicides dans l’Éducation nationale ne sont pas seulement des drames individuels, ils sont aussi et surtout un phénomène systémique.

Dans les lettres qu’elle a adressées à l’institution et à ses collègues, Christine Renon en énonce avec précision et clarté les causes : Injonctions hiérarchiques contradictoires, pénurie de moyens qu’il convient de gérer au mieux, démarches administratives inutiles mais chronophages…

C'est le résultat du nouveau management public et de l’austérité budgétaire. En cela, les gouvernements successifs et leur train de réformes sont responsables de la situation.

Après avoir ignoré l’événement pendant des jours, Jean-Michel Blanquer a annoncé la création d’un comité de suivi du travail des directeurs et des directrices d’école. Dans le même temps, le gouvernement est en train de supprimer les CHSCT dans la fonction publique et les données relatives aux suicides chez les enseignant·e·s ne sont toujours pas dévoilées par le ministère.

Les communistes exigent du ministère de prendre la situation au sérieux en publiant les données dont il dispose à ce sujet. Il en effet indispensable de connaître la vérité afin de pouvoir mieux la comprendre et y apporter des réponses.

Au-delà des mots, nous exigeons des actes : Création d’une médecine du travail pour les personnels de l’Éducation nationale, maintien des CHSCT dans la fonction publique, baisse des effectifs dans les classes, respect de la liberté pédagogique, arrêt des réformes qui bouleversent l’organisation des établissements…

Il s’agit de redonner aux enseignant·e·s la maîtrise de leur métier et d’en finir avec l’école capitaliste de la compétition et de la sélection, qui fait perdre le sens-même de l'enseignement.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article